Sélectionnez une région de marché

Un engcon pour marquer sa différence !

Nicolas Lecompte a une formation de paysagiste. Fier Normand, et habitué à travailler dehors, il change très vite d’orientation et fait ses armes dans une entreprise de TP locale dans un département voisin, sur la commune de Quinquempoix. Une petite entreprise dans laquelle il va vite évoluer, gagnant en autonomie et en savoir-faire, pour passer au fil des ans de manœuvre à chef d'équipe.

Le début d’une belle aventure - après quelques difficultés

L'entreprise a malheureusement mis la clé sous la porte et Nicolas se retrouve au chômage. Comme la période était encore compliquée dans le secteur, il « galère » un peu pour retrouver du travail avec un salaire décent, et décide de se lancer à son compte. Il passe le permis poids lourd et débute alors avec une micro entreprise. « C'est un système facile et pratique en gestion certes, mais ce n'est plus adapté dès que l'on travaille suffisamment, car le seuil des 32 000 euros de CA annuel à ne pas dépasser est très vite atteint », explique Nicolas. Il prend donc le parti de passer rapidement en SARL et crée en 2017 Nicolas Service qu’il installe sur sa commune de Smermesnil en Seine Maritime. « J'avais du petit matériel que j'ai bien revendu d'occasion, et j'ai pu m'équiper de matériels neufs, avec un camion : un Iveco Daily 72 C180 et une remorque neuve (7,5 tonnes de PTRA pour pouvoir emmener son parc matériel), une mini pelle neuve, une Cat 302.7D, mais surtout équipée d'un tiltrotateur engcon EC204 avec le système DC2 et de nombreux accessoires comme les godets de la marque, et le graissage centralisé. »

« Si l'investissement matériel peut paraître conséquent pour une création d’entreprise, dit Nicolas, il m'offre en revanche une grande facilité de travail. J’ai dû convaincre le banquier de me suivre et je ne suis pas déçu ! Avec un tel équipement, j’ai largement dépassé le chiffre d’affaires prévisionnel que j’avais estimé avec mon expert-comptable. J’ai très vite atteint les 105 000 euros initialement prévus pour atteindre les 140 000 ! L'engcon me fait gagner beaucoup de temps, et le tiltrotateur permet de faire la plupart des choses depuis la pelle, sans descendre de la cabine, et m'évite beaucoup de manutention. En étant seul au début, je ne pouvais pas prendre le risque de me casser le dos à porter des choses lourdes, et pour ça, l’engcon est fantastique. Et puis j'avoue que ça me permet aussi de faire des chantiers un peu complexes dans des zones étriquées et que c'est bien pratique parce que je fais beaucoup d'aménagement de pavillon : de la viabilisation à la petite maçonnerie, en passant par la descente de sous-sol, de la clôture ou encore du béton désactivé et qu’on arrive à atteindre des endroits impossibles sans le EC204 ».

 

 

 

 

 

 

 

Des choix... pour se différencier !

« Quand j’ai monté mon entreprise, j’ai cherché à me différencier sur le secteur géographique. Il fallait que j’apporte une plus-value, et je n’avais pas envie d’être comme les autres. Alors j’ai un peu cherché et j’ai fait le choix de prendre un engcon, parce que personne n’en a dans un rayon de 20 km autour de chez moi, là où je travaille principalement. La prise en main a été plutôt rapide, et une fois qu’on y a goûté, c’est très difficile de s’en passer ». Pour conserver un maximum de puissance de cavage, Nicolas a monté son tiltrotateur en simple attache, un peu « à la Suédoise. Et il justifie aisément sa décision :

« Après avoir bien réfléchi, je me suis dit que je n’allais pas le démonter souvent… Quel intérêt sinon, d’avoir un tel outil si c’est pour penser dès son achat qu’on va souvent l’enlever pour ne pas s’en servir ? C’est aberrant quand on y pense, non ? Je voulais transformer ma pelle en porte outils, et là, j’ai les moyens de le faire. Alors autant exploiter le maximum de son potentiel. Les godets de curage biseautés et ceux en « banane » permettent d’aller gratter dans des angles, et de faire des finitions exceptionnelles. Fermer des petits talus est un vrai jeu d’enfant une fois qu’on a pris le coup de main, et les clients apprécient que les chantiers aient une finition impeccable. Ça contribue à l’image de marque et les gens n’y sont pas insensibles, je l’ai bien vérifié ! »


Nicolas a choisi de prendre en complément le système de commandes DC2. Couplé aux joysticks MIG2 dotés des commandes proportionnelles engcon, le système autorise de nombreux réglages et paramétrages du tiltrotateur.

« C’est génial parce que l’on peut vraiment adapter l’outil au travail que l’on fait et à que l’on peut changer ses réglages pour chaque utilisateur. Le DC2 permet en effet de moduler la vitesse et la souplesse à la demande depuis un simple portable Android : c’est hyper pratique ! Selon les cas, on pourra préférer avoir une rotation très rapide ou progressive, et effectuer ce réglage de sensibilité prend moins de 2 secondes. Et ça me permet même de bloquer complètement l’usage du tiltrotateur quand mon apprenti utilise ma pelle, afin qu’il apprenne à manipuler correctement l’engin, on rajoutera les options de tiltrotateur ensuite, s’amuse-t-il de dire, et puis au final, c’est un peu mon jouet à moi ! ».

"Après avoir bien réfléchi, j’ai pensé que je ne le démonterais pas souvent ... J’ai opté pour le montage en attache directe ! Quel intérêt d’avoir un tel outil si c’est de penser, dès que celui-ci est acheté, qu’on va le retirer. C’est absurde quand on y pense, non ?"

Nicolas Lecompte

404 - Page introuvable

Nous n'avons pas trouvé la page que vous cherchez.

Une erreur est survenue

Essayez de charger à nouveau la page pour voir si l'erreur se reproduit.

Une erreur est survenue

Nous n’avons pas pu vous connecter à l'Internet. Assurez-vous que vous disposez d'une connexion réseau qui fonctionne.